dimanche 17 avril 2016

World War Web


World War Web
Johanna Zaïre

Autoédité
504 Pages


- Savez-vous combien de temps il a fallu pour bâtir tout ça? Et je ne parle pas du mur. Je parle de cet empire qu'est devenu Paris. La pointe de la technologie.
- Longtemps j'imagine...
- Des années, oui. Des années pour trouver un concept, des années pour en façonner les moindres détails et des années pour le rendre possible. Et pensez-vous qu'à un seul moment on se soit dit : «si je peux me permettre c'est assez compliqué»? Non! Parce que ce n'est qu'à partir du moment où on croit que c'est compliqué. Mais si on croit que chaque problème a sa solution, alors ça devient tout de suite moins compliqué. Vous comprenez?

RÉSUMÉ

Paris en 2035. Rebecca Barns est une jeune insurgée vivant dans la périphérie externe du nouveau Paris, qui est alors encerclé par de hauts murs de béton. À l'intérieur, une société modèle et harmonieuse à laquelle il faut obligatoirement adhérer, sans quoi c'est la mort assurée. Traqués par la milice du nouveau gouvernement, les rebelles vont se lancer dans une guerre contre une technologie révolutionnaire.

AVIS

Je tiens premièrement à remercier l'auteure ainsi que toute la team pour m'avoir si gentiment offert ce livre lors d'un appel de chroniqueurs. Mon avis se fonde sur plusieurs aspects bien précis sur ce livre, et c'est pourquoi j'en ferai une critique séparée en plusieurs parties, contrairement à ma manière habituelle.

L'HISTOIRE
J'aime beaucoup les dystopies en règle générale. En fait, il s'agit probablement de l'un de mes genres préférés. Par contre, cette dystopie est bien différente de celles que j'ai l'habitude de lire. Je lis généralement des dystopies dans le genre d'Hunger Games, donc des dystopies qui ne mettent en scène que des humains en quête de pouvoir. World War Web intègre les machines et l'intelligence artificielle, ce qui m'a vraiment sortie de ma zone de confort pour être honnête. J'ai commencé l'histoire un peu hésitante, mais comme le résumé m'intéressait beaucoup, je me suis dit que ce serait probablement une lecture bien intéressante. 

J'ai eu de la difficulté à adhérer à l'histoire au début de ma lecture, notamment à cause de la différence d'écriture, ce dont je vous parlerai plus loin dans ma critique. Mais il n'y a pas seulement que l'écriture qui m'a dérange dans les premières pages, mais l'histoire aussi malheureusement. En fait, ce n'est pas tant l'histoire, mais plutôt l'interaction entre les personnages qui m'a posé problème, ainsi que les révélations principales qui sont faites, mais celles-ci sont de la même nature et m'ont paru sortir de nulle part. Mais vraiment de nulle part. De plus, comme elles sont semblables, j'ai été dérangée à deux reprises pour la même chose, et ça m'a un peu refroidi dans ma lecture.

L'histoire commence en douceur, du moins pour le livre. On est tout de suite lancé dans l'histoire, mais on apprend tranquillement à connaître les personnages ainsi que les fondements de la ville. L'histoire se place alors et on avance petit à petit dans la capitale envahie par les Humanobots, ces humains transformés en machines. L'histoire avance relativement lentement jusqu'à la moitié du livre environ, et ensuite les événements s’enchaînent jusqu'à la finale. 

J'ai beaucoup apprécié la finale. S'il y a bien quelques petites choses qui m'ont dérangées dans l'histoire ici et là, la finale a fait en sorte que tout s'est remis en place et que j'ai terminé en paix avec ma lecture. J'aime beaucoup les fins énigmatiques, et j'ai été servie avec celle-ci.

LES PERSONNAGES
J'ai un avis plutôt mitigé en ce qui concerne les personnages, puisque je ne me suis vraiment pas attaché à eux. Il s'agissait de personnages intéressants et j'ai bien aimé suivre leur histoire, mais je pense qu'il leur manquait une profondeur, et que leur psychologie n'était pas aussi approfondie que ce que j'aurais aimé. Je suis une grande appréciatrice de personnages extrêmement développés, dont tous les gestes peuvent être évalués, expliqués et qui correspondent complètement à leur personnalité. Or, ces personnages m'ont semblé un peu aller dans un sens, puis aller dans un autre, et finalement revenir à leurs intentions de base. De plus, les relations entre les personnages m'ont quelque fois dérangées. La relation Tyler/Kaci m'a particulièrement dérangée. Cette relation ne fonctionnait tout simplement pas et elle m'a un peu posé problème, pour des raisons que je ne peux pas totalement expliquer puisque je ne veux pas vous révéler des éléments du livre. Je dois avouer que les personnages en général m'ont un peu dérangé, mais au final on s'y habitue plutôt bien.

L'ÉCRITURE
Dans mon cas, l'écriture a été le gros point d'accroche de ma lecture. Je ne suis pas française et je ne lis que très peu de livres venant de ce pays, et lorsque je le fais c'est du Musso ou du Levy, donc dans un style très différent de ce qui m'était proposé avec World War Web. J'ai plutôt tendance à lire des livres anglais ou ayant été traduits de cette langue, alors je dois avouer, en toute sincérité, que j'ai eu beaucoup de mal au début de ma lecture. Les expressions sont différentes, certes, mais la façon d'écrire complète l'est aussi. Les phrases ne coulaient pas aussi mélodieusement que je l'aurais voulu et les dialogues des personnages m'ont semblé plus d'une fois forcés, et très loin de sonner naturels. Évidemment, comme je ne vient pas de France, ma façon de parler est différente, et je n'arrivais pas à me reconnaître dans la façon dont les personnages parlaient. Mon appréciation de l'écriture s'est améliorée au cours de ma lecture, mais je n'ai pas réussi à y adhérer autant que je l'aurais aimé.

LES PETITS PLUS
J'ai beaucoup aimé comment l'auteure a créé plusieurs activités autour de son livre. Premièrement, World War Web est aussi une chanson, dont il est un peu question dans le lire, ce que j'ai trouvé très intéressant. De plus, le personnage principal, Tyler (Je crois que le vrai personnage principal est Rebecca, mais comme nous suivons plus souvent le personnage de Tyler, je le considère comme le principal), a carrément une page Facebook sur laquelle nous pouvons discuter avec lui et où des informations liées à l'auteure et au livre sont partagées. C'est une idée très intéressante que j'aime beaucoup. Ça ajoute une certaine dimension à l'histoire.

CONCLUSION
Je me donne généralement pas de notes aux livres que je critique, mais dans ce cas j'ai l'impression que je dois le faire. Dans ma critique je me concentre particulièrement sur les points que j'ai moins appréciés, ce qui donne l'impression que j'ai un avis négatif du livre, mais en fait j'ai bien aimé. J'aimerais donc remettre les choses à niveau en donnant à ce livre une note de 4/5. Il ne s'agit pas d'un coup de coeur et je n'ai pas adoré ce livre, mais j'ai beaucoup apprécié cette lecture, une fois les problèmes du début surmontés. Un autre livre de cette auteure m'intéresse bien, c'est-à-dire Sanatorium, alors je lirai probablement un autre livre de Zaïre, et je pourrai ainsi me faire une idée plus précise de l'écriture générale de celle-ci.

Extrait en page 84.

vendredi 8 avril 2016

All I Know Now



All I Know Now
Carrie Hope Fletcher

Éditions The Experiment
336 Pages

Everyone is on a journey at any given moment in their lives. Some are small missions, like finding chocolate when you crave it, and others are bigger, character-changing journeys that take a lot longer to make: trying to win someone's heart, for instance, or mourning a loved one. Some journeys begin simple and get complicated and loopy en route, and others remain simple or loopy the entire time. There are a million different paths to take and millions of people on different ones all at the same time. But all journeys have one thing in common: they are best understood by the people actually on them.



RÉSUMÉ

Today, Carrie Hope Fletcher is living her dream as an actress and YouTube star. But not long ago, she was trying to survive the many perils of the Teen Age...

THE RUMOR MILL
The more a rumor is spread, the farther it gets from the truth. It's like a giant taffy pull.

THE TWITTER-SPHERE
If the Internet is starting to crush your soul... close the laptop!

THE DISGUSTING BUSINESS OF FALLING IN LOVE
I've never known something to be so gleefully wonderful and soul-crushingly exhausting.

BEARS
Self-explanatory.

Thankfully, she made it through! And although memories of her struggles, woes,and foibes stick around (as Soul Shrapnel, if you will), they look a little different today, thanks to The Amazing Goggles of Hindsight. So, in All I Know Now, Carrie shares, well, exactly that - heartfelt advice and hopeful thoughts on growing up. She just did it herself. She has the stuffed animals to prove it!


AVIS

Carrie Fletcher est une youtubeuse que j'apprécie particulièrement, c'est pourquoi j'ai commandé son livre sans attendre lorsque j'ai appris qu'il existait. Pourtant, celui-ci se trouve dans ma pile à lire depuis plusieurs mois, c'est pourquoi j'ai enfin décidé de l'en sortir pour de bon.

En fait, j'ai commencé ce livre dès que je l'ai eu dans mes mains, mais en raison de sa forme particulière, il m'est arrivé de le laisser de côté à plusieurs reprises. Il ne s'agit pas d'une fiction, mais bien d'un livre dans lequel l'auteure nous livre des conseils et des anecdotes. Comme les chapitres sont pour la plupart indépendant les uns des autres, il m'arrivait de lire un chapitre puis d'attendre quelques semaines pour lire le suivant.

J'ai beaucoup apprécié le format du livre. Cela donnait un rythme à ma lecture, et même si j'ai pris très longtemps pour le lire, j'avançais rapidement dans les pages, même si je ne lisais que quelques minutes à la fois.

Je dois par contre avouer que mon appréciation du livre, en tant que tout, est plutôt mitigée. Oui, j'ai beaucoup apprécié, mais j'aurais beaucoup plus apprécié si j'avais eu ce livre dans les mains lorsque j'étais une jeune adolescente. C'est réellement à ce moment que j'aurais eu besoin de ces conseils et de ces encouragements. 

En conséquent, je dirais qu'il s'agit d'une bonne lecture, même pour ceux qui ne sont pas familier avec les vidéos de Carrie, Par contre, ce livre a pour cible les lecteurs plus jeunes, et même si j'ai bien apprécié à mon âge, je ne l'ai pas trouvé aussi utile que j'aurais pu.


Extrait en page 193.