jeudi 26 janvier 2017

Witch Hunter, tome 1

Elizabeth Grey, seize ans, est une redoutable chasseuse de sorciers. Mais un jour, elle-même est arrêtée pour sorcellerie! En prison, elle reçoit la visite de Nicholas Perevil, qu'elle traque depuis toujours. Il lui propose un étrange marché : si elle parvient à déjouer la malédiction qui pèse sur lui, elle sera libérée.
Au fil de ses macabres découvertes, tout ce qu'Elizabeth tenait pour évident est remis en question : le bien et le mal, les amis et les ennemis, l'amour et la haine... la vie et la mort!



Ensemble, ces éléments symbolisent la création de la pierre philosophale, qui permet de changer le bronze en or. Ce n'est pas le but que poursuivent les Réformistes - c'est celui des alchimistes - mais l'objectif est le même : le changement. Ils essaient de provoquer le changement en Anglia, dans la politique, dans les mentalités, dans la façon de percevoir la magie.
Et tout comme l'idée de changer le bronze en or, c'est impossible.

Extrait en page 93.
Ce livre m'a intéressé dès que j'ai posé mes yeux sur lui la première fois. Cet univers de magie, de chasseurs de sorcières et de malédiction m'a bien intrigué, mais j'ai finalement été un peu déçue de ma lecture.

J'ai donc eu la chance d'entrer dans l'histoire d'Elizabeth Grey, jeune chasseuse de seize ans, forcée d'aller à l'encontre de toutes ses valeurs, ses amis, ses ressources, de façon à survivre. Il s'agit d'un personnage qui m'a majoritairement plu, bien que j'aurais aimé qu'elle soit un peu plus vieille. Les séries jeunesse ont tendance à mettre en place des personnages principaux assez jeunes pour rejoindre leur public cible, mais malheureusement l'âge du personnage ne va que très rarement avec leur personnalité. J'aurais donc apprécié que ce personnage principal, très courageux et assez mature pour son âge, soit plutôt âgée de dix-huit ans. Ce n'est pas une grosse différence, mais juste assez pour créer la différence qui m'aurait plu et parue correcte. Du côté des autres personnages, ce n'est pas un problème qui s'est présenté, puisqu'ils sont pour la majorité plus vieux qu'Elizabeth, et je les ai tous bien apprécié, mis à part le personnage de Caleb. Celui-ci m'a insupporté dès le début, et cela n'est pas aller en s'améliorant.

L'histoire est entraînante, mais peu originale. Évidemment, on en vient à se demander ce qui est original de nos jours, avec tous ces livres déjà parus et ces films qui ont fait le tour de la question, mais bien que cette histoire ne soit pas très originale, elle m'a intéressée et j'ai rapidement lu le livre. J'aurais toutefois aimé que la magie prenne un rôle plus important dans l'histoire. La magie représente le point tournant de l'histoire et ce qui lie les personnages entre eux, et pourtant, si ce n'est qu'à quelques brèves allusions, celle-ci n'est presque pas présente de tout le roman. Cela m'a bien dérangé, je dois l'avouer.

Il s'agit selon moi d'un bon premier tome, qui place les bases de l'histoire et qui présente bien les différents personnages et leur histoire, mais cela reste malheureusement un premier tout comme les autres, qui ne m'a pas étonné. Je continuerai sans doute la série, puisque j'ai bien aimé, mais j'espérais un peu mieux.

mercredi 25 janvier 2017

La 5e Vague, tome 3 : La dernière étoile

1re vague : Extinction des feux.
2e vague : Déferlante.
3e vague : Pandémie.
4e vague : Silence.
À l'aube de la 5e vague...

Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis d'abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.






And I run on. Through a primordial landscape unscarred by any human thing, the world as it was before trust and cooperation unleashed the beast of progress. The world is circling back now to what it was before we knew it. Paradise lost. Paradise returned. I remember Vosch's smile, sad and bitter. A savior. Is that what I am?

Extrait en page 14
Je me suis relancé dans cette série il y a quelques mois de cela, et c'est avec un peu de tristesse que j'ai récemment tourné la toute dernière page du dernier tome. La fin du deuxième tome m'ayant laissé sur ma faim, je me suis rapidement lancé sur ce troisième.

J'ai beaucoup aimé me replonger dans cette histoire apocalyptique. Dans ce troisième tome, on réalise rapidement que l'histoire est beaucoup plus complexe que ce qu'elle n'y paraissait au tout début, et j'avoue que cela m'a particulièrement plu. Ce n'est pas avant un bon moment que j'ai bien compris de quoi il en retournait, même si le tout reste bien confus, au final. J'aurais aimé qu'on accorde plus de temps aux «Autres», ainsi qu'à leurs motivations. J'aurais aimé en apprendre plus sur leur planète, leur façon de vivre, leurs ancêtres, etc, mais aussi sur leur mise en oeuvre des vagues. J'ai trouvé que ces sujets étaient beaucoup trop vaguement abordés, et cela m'a légèrement dérangé.

Une nette amélioration que j'ai trouvé à ce tome est la séparation du livre. Le livre est séparé en parties, ce qui aide déjà beaucoup, mais les différents points de vu des personnages sont aussi beaucoup mieux identifiés que dans les tomes précédents, ce qui a beaucoup aidé ma compréhension des événements. Je ne perdais pas du temps à essayer de comprendre quel personnage je suivais, et pourquoi il en était rendu là alors que deux pages avant je lisais sur un autre personnage.

Parlant des personnages, j'ai adoré les retrouver, eux et leur humour. Chacun d'entre eux possède un humour bien à lui, sarcastique à souhait. Jumelé à la plume de Yancey, cela crée un excellent mélange qui donne un livre des plus captivants. De plus, les personnages sont très intéressants et très développés. Ils sont tous très différents les uns des autres, et alors que le personnage principal, celui de Cassie, me dérangeait dans le premier tome, j'ai appris à la supporter, et même à bien l'apprécier dans ce dernier tome. Le personnage de Ringer, de son côté, m'a bien decontenancé, mais elle s'est finalement forgée une place dans mes personnages préférés, au côté de Zombie.

La série se conclut donc sur un très bon tome, dont la fin m'a un peu surprise, je dois l'avouer, mais je ne crois pas que cette série aurait pu se terminer autrement. Il s'agissait d'une très bonne fin à une très bonne série.