dimanche 27 mars 2016

Skeleton Creek, tome 4 : Le Corbeau




Skeleton Creek, book 4: The Raven
Patrick Carman

Traduction : Marie-Hélène Delval
Éditions Bayard Jeunesse
219 Pages



S'il m'arrive quelque chose, et si vous lisez ces lignes après ma disparition (ou pire), connectez-vous et regardez.
Vous verrez le Corbeau de vos yeux.
Et vous comprendrez à quoi nous sommes confrontés.




RÉSUMÉ
Sarah et moi sommes sur le point de percer le mystère de notre petite ville et de mettre la main sur le troisième trésor du Crâne, la société secrète qui y complote depuis des siècles. J'ai en ma possession un second rébus : le Rébus du Corbeau. Je dois le décrypter pour que Sarah, en rentrant de son stagede cinéma, puisse visiter les quatre lieux hantés qu'il désigne. J'en tremble. L'imaginer seule dans ces lieux m'effraie. Savoir que le fantôme de Joe Bush la suit partout où elle va me terrifie. Mais ce n'est rien comparé à l'idée que le Corbeau m'espionne. Le Corbeau est un membre du Crâne. C'est même le plus dangereux. Je l'ai vu dans les bois, armé de sa hache, et je suis convaincu qu'il est prêt à tout pour nous empêcher d'aller au bout de notre quête. Pourtant,je suis obligé de rester là, de tenir mon journal, d'attendre que Sarah m'envoie ses vidéos.


AVIS
J'ai découvert cette série il y a quelques années en flânant dans ma médiathèque, et j'ai récemment décidé qu'il serait bien temps que je la termine, ou du moins que je la continue. 

Cette série est plutôt différente des autres séries qu'on connaît, bien que certaines d'entre elles utilise le même format. Ces livres, axés vers un jeune public, sont entrecoupés de vidéos à regarder qui apporte un aspect visuel à la lecture. Ces vidéos, essentielles à visionner pour la bonne compréhension de l'histoire, m'ont causé quelques problèmes lors de mes lectures des tomes précédents, puisqu'il ne s'agit malheureusement pas de livres que je peux apporter n'importe où avec moi et lire à temps perdu, puisqu'ils demandent une connexion à Internet. Par contre, comme ce sont des livres très courts, on peut sans problème les lire en une seule journée, alors je me choisi toujours une journée où je reste à la maison.

La série, bien qu'axée vers un jeune public, est plutôt bien ficelée. Les endroits dont il est questions dans les livres existent réellement et leur histoire est vraie, ainsi que la plupart des mystères qui les entoure. J'ai trouvé cela plutôt intéressant, puisque je suis une personne assez fascinée par les lieux hantés et les fantômes, c'est donc avec joie que je peux en apprendre un peu plus sur plusieurs d'entre eux à chaque tome que je lis. De plus, l'histoire, bien qu'écrite avec de courtes phrases simples, à la manière d'un journal intime, est parfois un peu compliqué à suivre, tellement il y a de mystères à résoudre, alors on ne tombe pas trop dans la facilité.

Comme mentionné plus haut, tous les tomes sont écrits à la manière d'un journal intime, ce qui fait en sorte que ma lecture de ce quatrième tome fut très rapide et fluide. Les personnages sont intéressants, bien qu'ils pourraient être plus développés, et les vidéos ajoutent à ceux-ci puisqu'on peut ainsi entendre leurs voix et parfois même les voir.

En bref, ce quatrième tome fut dans la lignée des trois premiers. Il ne se démarque pas, mais il n'est pas en-dessous non plus. Il s'agit de tomes simples et rapides à lire, et je pense bien terminer la série.

Extrait en page 34.
Couverture différente de l'édition spécifiée.

Boys don't cry

Boys don't cry
Malorie Blackman

Traduction : Amélie Sarn
Éditions Milan
286 Pages


J'ai roulé d'un côté. Puis de l'autre. Je me suis allongé sur le dos. Puis sur le ventre. J'ai posé mon oreiller sur ma tête. Rien à faire. J'entendais toujours les hurlements d'Emma. Si ça continuait, j'allais avoir des valises sous les yeux demain matin. C'était insupportable. Je suis sorti du lit, je suis allé vers la chambre de Dante. C'est vrai quoi! Qu'est-ce qu'il fabriquait? Pourquoi il la laissait crier comme ça? Sans prendre la peine de frapper, j'ai fait irruption dans la chambre. Dante faisait les cent pas, Emma dans les bras.
- Ça va durer encore combien de temps? ai-je lancé.
Le regard épuisé de mon frère s'est aussitôt transformé en regard assassin.
- Tu te fous de moi ou quoi? a-t-il crié à voix basse.
J'ai grimacé. Je l'avais peut-être agressé un peu vite.
- OK. Désolé, mais comment tu veux que je dorme dans ces conditions?
- Et comment tu comptes réussir à t'asseoir quand je t'aurai botté le cul? a répliqué Dante.

RÉSUMÉ

J'ai fixé Mélanie. Elle n'avait pas 19 ans. Comment avait-elle pu être assez stupide pour tomber enceinte? Elle n'avait jamais entendu parler de la pilule?
- Dante, tu m'écoutes?
-Hein?
J'essayais encore d'intégrer que Mélanie était mère quand elle a pris une grande inspiration, puis une autre.
- Dante, c'est toi le père. Emma est ta fille.

Dante attend les résultats de ses examens. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l'université. De sa future vie.
Celle dont il a toujours rêvé.
Mais quand on sonne à la porte, ce n'est pas le facteur, c'est Mélanie. Son ex-copine, dont il n'a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé. Le sien.
Le leur.
Être père à 17 ans? Il y a de quoi pleurer. Mais les garçons ne pleurent jamais...


AVIS

J'ai eu l'occasion de lire la série Entre chiens et loups de Malorie Blackman, que j'ai tout simplement adoré. C'est donc depuis un long moment que j'ai envie de lire d'autres livres de cette auteure, et Boys Don't Cry est celui qui m'attirait le plus lorsque je suis passé à la médiathèque.

Comme je l'avais deviné dès ma lecture du résumé, je ne m'apprêtais pas à lire un livre très original avec une histoire sortant de l'ordinaire. En fait, cette histoire a été reprise maintes fois, de toutes les façons imaginables, et j'ai eu plusieurs fois l'occasion de livre des livres de ce genre. Pourtant, j'ai beaucoup apprécié cette lecture, et celle-ci m'a touchée.

En fait, le côté positif de ce livre ne réside pas dans son histoire, mais bien dans la façon dont l'auteur l'a écrite. Comme je m'y en attendais, il ne s'agit aucunement d'une histoire originale, mais l'auteure a su faire en sorte que je m'attache aux personnages et que je m'intéresse à leur histoire. J'ai beaucoup aimé le personnage de Dante, mais j'ai nettement préféré le personnage de son frère, Adam. Celui-ci a un humour que j'ai apprécié, et il s'agit d'un personnage plutôt sensible, ce qui fait en sorte que je m'y suis attaché plus qu'aux autres. Au début, le personnage de Dante me déplaisait grandement, mais plus l'histoire avançait, plus je l'appréciais.

En ce qui concerne l'histoire, celle-ci était plus que prévisible. J'aurais été capable d'écrire la suite de l'histoire alors que je la lisais. Pourtant, cela ne m'a pas tellement dérangé, ce qui est plutôt étonnant puisqu'il s'agit de quelque chose qui me fait normalement décrocher de ma lecture.

En bref, je n'ai pas beaucoup à dire sur ce livre, mis à part le fait que je l'ai beaucoup apprécié, à cause de l'écriture et de la façon de décrire les sentiments, mais qu'il s'agit d'un livre extrêmement prévisible.


Extrait en page 160.

lundi 14 mars 2016

Magonia, tome 1



Magonia, book 1
Maria Dahvana Headley

Éditions Harper Collins
309 Pages



Nobody enjoys birthdays. Everyone in the house is nervous. Even the plants look nervous. We have one that curls up. It isn't allowed to share a room with me, but sometimes I visit it and touch its leaves and it cringes. It's curled up now into a tight little ball of Leaves Me the Hell Alone. 
Get it?
Leaves? (Oh, haha. Oh very haha.)




RÉSUMÉ

Aza Ray is drowning in thin air.
Since she was a baby, Aza has suffered from a mysterious lung disease that makes it ever harder for her to breathe, to speak - to live.
All the doctors can do is give her drugs and hope they keep her alive. So when Aza catches a glimpse of a ship in the sky, her family chalks it up to a cruel side effect of the medication. But Aza doesn't think this is a hallucination. She can hear someone on the ship calling her name.
Only her best friend, Jason, listens. Jason, who's always been there. Jason, for whom she might have more-than-friendly feelings. But before Aza can consider that thrilling idea, something goes terribly wrong. The sickness catches up with her. 
Aza is lost to our world.
And found by another
-
Magonia.
-
Above the clouds, in a land of trading ships, Aza is not the weak and dying thing she was. In Magonia, she can breathe for the first time. Better, she has immense power. And she can use it to change the world.
As she navigates her new life, Aza discovers that was is coming. Magonia and Earth are on the cusp of a reckoning. In Aza's hands lies the whole of humanity - including the boy who loves her. Where do her loyalties lie?

AVIS

Magonia est l'un de ces livres que j'ai décidé de lire en grande partie à cause de tous les commentaires positifs que j'ai pu lire à son sujet. De plus, lorsque j'ai vu cette magnifique couverture sur les étagères de ma médiathèque, je ne pouvais tout simplement pas m'empêcher de l'emprunter.

J'ai toutefois commencé cette lecture en laissant de côté toutes mes attentes face à celle-ci, de manière à ne pas être déçue. Cela ne m'a malheureusement pas épargné une certaine déception, au final. Dès les premières pages, j'ai compris que je n’adhérerais pas au style d'écriture de l'auteure. Celle-ci me semblait s'être donné une totale liberté dans son écriture, passant du coq à l'âne tout au long du livre, ce qui m'a un peu déplu. 

L'histoire était assez originale, avec cette idée de bateaux qui naviguent dans le ciel, de société des airs organisée avec des animaux, autant marins que terrestres, qui se retrouvent alors à voler d'une quelconque façon. Elle était peut-être même un peu trop originale pour moi. J'ai eu un peu de difficulté à entrer dans celle-ci, puisque j'arrivais difficilement à tout mettre en place, à imaginer les personnages et les lieux, ainsi que les actions en elles-mêmes. Puis, comme mentionné plus haut, l'auteure semblait se promener dans l'histoire comme elle l'entendait. Parfois, je ne voyais pas réellement le lien entre deux chapitres et à certains moments la chronologie des événements faisant défaut, puisqu'on suivait alors deux personnages distincts. Bref, j'ai trouvé ce livre très difficile à suivre, et ne pas tout comprendre facilement m'a fait décrocher à certains moments.

Pour ce qui est des personnages, il s'agit un peu de la même chose. Le personnage principal, Aza, passe aussi du coq à l'âne dans ses pensées, et il m'arrivait de perdre le fil de ma lecture. J'ai préféré son meilleur ami, Jason, qui malgré ses goûts étranges et sa façon de parler particulière, me semblait un peu plus clair dans le fil de ses pensées, et donc son histoire était plus claire en générale.

Ce qui m'étonne, avec cette lecture, c'est que je suis normalement plutôt intéressée par les livres qui sortent de l'ordinaire et qui ont un imaginaire bien à eux, ce que ce livre possède certainement, mais dans ce cas-ci je n'ai pas du tout adhéré. Il s'agit d'une histoire extrêmement complexe avec un niveau d'écriture plus libre que ce que j'ai eu la chance de lire auparavant, alors si jamais je décide de lire la suite (puisqu'il y a bien une suite, ce que je ne savais aucunement lorsque je l'ai commencé), je le lirai en français. De cette façon, je pourrai complètement m'immerger dans l'histoire, et de cette façon, peut-être, je n'aurai pas l'impression que l'histoire s'envole de tous les côtés.


Extrait en page 9.