vendredi 1 mai 2015

Panic

Panic
Lauren Oliver

Éditions Harper Collins
408 Pages

No one knows who invented Panic, or when it first began. There are different theories. Some blame the shuttering of the paper factory, which overnight placed 40 percent of the adult population of Carp, New York, on unemployment. Mike Dickinson, who infamously got arrested for dealing on the very same night he was named prom king, and now changes brake pads at the Jiffy Lube on Route 22, likes to take credit; why he still goes to Opening Jump, seven years after graduating.
None of these stories is correct, however. Panic began as so many things do in Carp, a poor town of twelve thousand people in the middle of nowhere: because it was summer, and there was nothing else to do.


RÉSUMÉ


«Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n'y aura qu'un seul vainqueur.» Carp, une petite ville minable de l'État de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à «Panic», une succession d'épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L'enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heather entre dans la compétition par dépit amoureux. Elle pourrait, si elle gagne, quitter le mobile-home sordide où elle vie avec une mère paumée et droguée, et emmener avec elle sa soeur, Lily. Dodge, lui, a une autre raison de participer au Jeu de la Peur : venger sa soeur, qui a fini dans un fauteuil roulant après une épreuve d'une précédente session de Panic. Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.

Panic began as so many things do in Carp, a poor town of town of twelve thousand people in the middle of nowhere : because it was summer, and there was nothing else to do. 
Heather never thought she would compete in panic, a legendary game played by graduating seniors, where the stakes are high and the payoff is even higher. She'd never thought of herself as fearless, the kind of person who would fight to stand out. But when she finds something, and someone to fight for, she will discover that she is braver than she ever thought. 
Dodge has never been afraid of panic. His secret will fuel him, and get him all the way through tha game; he's sure of it. But what he doesn't know is that he's not the only one with a secret. Everyone has something to play for.
For Heather and Dodge, the game will bring new alliances, unexpected revelations, and the possibility of first love for each of them - and the knowledge that sometimes the very things we fear are those we need the most.

MON AVIS

J'ai lu les deux premiers tomes de la série Delirium, mais je n'avais absolument aucune idée que ce livre existait, alors j'ai été plutôt surprise lorsque je l'ai vu à la bibliothèque. Je l'ai premièrement choisi à cause de l'auteur, puisque j'ai déjà lu de ses livres, mais lorsque j'ai lu le résumé, je me devais de prendre le livre et de le lire. Celui-ci m'a beaucoup fait penser à Hunger Games de Suzanne Collins, qui est une série que j'ai adorée, alors j'étais surexcitée à l'idée de lire celui-ci.

Ce que j'ai remarqué en premier lors de ma lecture, c'est le fait que l'histoire alterne entre deux personnages, l'un masculin et l'autre féminin, ce que j'ai beaucoup aimé. Cela apportait un aspect de nouveauté à chaque changement de personnage et donnait une impression d'ensemble à l'histoire puisqu'on pouvait ainsi mieux comprendre. J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils m'ont tous semblé très développés, tout autant les personnages principaux que ceux secondaires, et je me suis beaucoup attaché à chacun d'entre eux. Je dois avouer que la meilleure amie d'Heather, Nat, m'a un peu dérangé, mais ce n'était rien qui pouvait enlever du plaisir à ma lecture.

L'histoire, quant à elle, m'a totalement entraînée. En bref, il s'agit de mon premier coup de coeur de l'année. Même s'il s'agit d'un concept qui a déjà été utilisé plusieurs fois, comme dans Hunger Games, par exemple, ce livre e réussi à se démarquer du lot pour moi. Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est le fait qu'il ne s'agisse pas d'un monde dystopique à proprement parlé, qu'il n'y ai aucune fantaisie ou science-fiction. Il s'agit tout simplement d'une bande de jeunes adultes qui s'ennuie et qui se lance dans des épreuves, toutes plus dangereuses les unes que les autres, dans le cadre d'un jeu. Les personnages sont donc des jeunes normaux et ce qui leur arrive pourrait nous arriver s'il prenait l'idée à quelqu'un d'inventer un jeu de la sorte. Je suis donc beaucoup plus entré dans l'histoire, et beaucoup plus rapidement, puisque je n'ai pas eu besoin de m'accoutumer à un monde différent du mien.

L'histoire m'a tenu en haleine tout au long de ma lecture. Après chaque épreuve, je me demandais quelle serait la prochaine, qui serait éliminé, et le plus important, si mes personnages préférés allaient s'en sortir vivant. J'ai été surprise à plusieurs reprises, notamment par les épreuves elles-mêmes, mais aussi par les retournements de situations et les secrets qui sont dévoilés. Vraiment, j'ai tout adoré de cette histoire.

Je pense donc lire les autres livres de Lauren Oliver puisque même si je n'ai pas trop apprécié Delirium, ce qui, je pense, est dû au fait que je l'ai lu en français et non en anglais, j'ai adoré mes deux autres lectures de cette auteure.


Personnages préférés : Heather & Dodge

Panic

Extrait en page 6.
Couverture différente de l'édition présentée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire